Financement contre les migrations irrégulières – L’UE fait ses comptes 130 milliards injectés dans 18 projets depuis 2016

0
133

L’Union européenne apporte des éclairages sur ses financements dans la lutte contre la migration irrégulière au Sénégal. L’Ue précise que son Fonds fiduciaire d’urgence a permis de financer depuis 2016 «18 programmes, dont 10 nationaux et 8 régionaux, pour un montant total de 198 millions d’euros, soit près de 130 milliards de francs Cfa».

Suite à la sortie du président de l’Ong Horizon sans frontières, Boubacar Sèye, sur l’argent octroyé par les bailleurs de fonds dans la lutte contre l’émigration clandestine, l’Union européenne essaie de faire le point. Dans un communiqué, elle précise que depuis 2016, elle soutient le Sénégal, «pour apporter une réponse intégrée et coordonnée aux diverses causes de la migration, des jeunes en particulier». Ainsi, grâce à son Fonds fiduciaire d’urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique (Ffu), 18 programmes, dont 10 nationaux et 8 régionaux, ont été financés pour «un montant total de 198 millions d’euros, soit près de 130 milliards de francs Cfa».
Les actions du Fonds, selon le document, «visent la création d’opportunités économiques et d’emplois. Le Ffu encourage, en effet, la formation et l’insertion professionnelles des jeunes, soutient la création de chaînes de valeurs, l’amélioration de la compétitivité des entreprises, et favorise la mobilisation des ressources de la diaspora pour contribuer au développement économique et social du Sénégal…».
Quid du suivi et de l’évaluation de ces projets ? Le bailleur de fonds assure que tous ses projets, y compris ceux du Fonds fiduciaire d’urgence, «font l’objet de procédures de vérification des actions et des dépenses au cours de la mise en œuvre ainsi que des audits et des évaluations en fin de projet». Afin de s’assurer des résultats pour les bénéficiaires ciblés, l’Ue informe qu’elle «a mis en place un suivi de proximité et évalue les activités menées, notamment avec la mise en place d’un système de suivi et d’apprentissage qui vise à mesurer les résultats et l’impact des projets. Conformément aux recommandations de la Cour des comptes européenne, l’Ue s’emploie à renforcer la qualité des indicateurs de résultat, ainsi qu’à rendre le système de suivi plus simple et plus accessible. Par ailleurs, une assistance technique d’aide aux partenaires d’exécution est en place pour améliorer les cadres logiques, la collecte des données, la cartographie des indicateurs et leur encodage dans une plateforme créée spécifiquement pour assurer la transparence des données».
Le président de l’Ong Hsf séjourne depuis le 19 janvier 2021 en prison pour «diffusion de fausses nouvelles». Il lui est reproché, lors d’un entretien avec le journal L’Observateur le 27 octobre 2020, d’avoir accusé l’Etat de détournement des fonds alloués par l’Union européenne dans la lutte contre l’émigration clandestine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici