Détenu torturé à Ziguinchor : Très mauvaise nouvelle pour le surveillant pénitentiaire incriminé

0
318

La prison Centrale de Ziguinchor est secouée par un scandale impliquant un surveillant pénitentiaire qui aurait maltraité un détenu. La victime a déposé une plainte auprès du parquet et l’enquête est actuellement menée par la police. Le rapport du directeur de la prison a confirmé les accusations contre l’agent incriminé.

Ce surveillant pénitentiaire risque de nuire à sa carrière professionnelle. Les faits rapportés indiquant que M. Diouf, en service à la maison d’arrêt et de correction (MAC) de Ziguinchor, aurait extrait le détenu E. Mané de sa cellule le 29 décembre dernier, prétendant que le détenu lui avait lancé un regard méprisant. Le surveillant aurait ensuite ordonné au détenu de s’agenouiller de 18h30 à 21h et l’aurait menotté par derrière au milieu de la cour.

Il aurait également utilisé une barre de fer pour l’immobiliser et lui aurait versé de l’eau froide avant de le frapper avec un tuyau. Le rapport de la prison indique que le major de l’infirmerie a été alerté par les crises de détresse de la victime et a immédiatement demandé au surveillant d’arrêter ses actes et de ramener le détenu dans sa cellule. Cependant, le surveillant incriminé a ignoré cette demande. Pour éviter une situation plus grave, le directeur de la prison et son adjoint se sont rendus sur place pendant la nuit.

La victime a été emmenée à l’infirmerie pour recevoir des soins, sur instruction du chef de service. Le chef de poste de la brigade de garde a également été réprimandé par le directeur de la prison. Le détenu E. Mané a déposé une plainte auprès du procureur, qui a confié l’enquête au chef de la police de Ziguinchor. Le chef du parquet local a ordonné l’arrestation du surveillant incriminé. Le commissaire Malick Dieng a commencé les auditions, en extrayant le plaignant pour l’interroger.

E. Mané a confirmé les faits rapportés dans le rapport de la prison, et le major de l’infirmerie a également confirmé les accusations de la victime par écrit. Lors de son interrogatoire, le surveillant pénitentiaire a tenté de nier les faits, mais il a été libéré sous convocation. Il est attendu à la police ce jeudi pour une confrontation avec l’auteur de la plainte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici