LE BAL DES MILLIARDS: BARTH,, BEN KANE ,AUCHAN BELEL et SMK se partagent le site de la Boulangerie Jaune 

0
250

LE BAL DES MILLIARDS: BARTH,, BEN KANE ,AUCHAN BELEL et SMK se partagent le site de la Boulangerie Jaune

Il est loin le temps où le terrain de la boulangerie jaune servait de Maracana aux jeunes du quartier qui s’y adonnaient à des matchs de football passionnés. Ce site est devenu en l’espace de quelques années un espace commercial très convoité où sont en train de pousser des constructions valant des milliards.
Economiquement c’est une bonne chose. Le hic est plutôt moral car Barthélemy Dias a cherché à récolter les fruits du travail d’un autre et ce, en tentant de manipuler la justice. En un mot comme en mille, le Maire de l’époque n’est pas à l’origine de cette transformation et amélioration du cadre de vie sur ce site. C’est la société 37,5° qui a entamé les travaux qui allaient changer la face de ce terrain. Lorsqu’il a entrevu le potentiel que la société 37,5° avait débloqué en obtenant le permis de construire que l’administration avait publiquement décidé de ne pas lui accorder, celui qui disait à la télévision et à qui veut l’entendre qu’il avait loué à 37,5° un terrain qui était une poubelle à ciel ouvert, a voulu lancer et se porter leader du Bal des milliards. Le problème quand on veut à tout prix régler des problèmes de milliards c’est que l’on génère souvent des milliards de problèmes, et ni le site de la boulangerie jaune, ni le maire Barthélemy Dias ne semblent pouvoir faire exception.
Il faut dire qu’ayant déjà l’ambition de briguer la Mairie de Dakar, Barthélemy a mis les petits plats dans les grands. Pour commencer il a profité du retournement de veste de la société AUCHAN qui a discrètement et irrégulièrement signé un contrat avec la Mairie de Mermoz Sacré-Cœur alors qu’elle en a un en cours avec la société 37,5° pour le même site et le même objet. Le double jeu de la société AUCHAN va sûrement donner du grain à moudre au mouvement AUCHAN DEGAGE car on peut se demander si ce comportement qui est très éloigné de nos valeurs culturelles n’est que la marque d’un manque de respect par rapport à l’entreprise partenaire 37,5° qui l’a amené sur ce site, ou si c’est dans le seul but de plaire au Prince, à moins que ce ne soit par peur de ses représailles. Il faut dire que le Maire de l’époque n’a pas hésité à faire des opérations coup de poings comme lors du blocage à l’accès du magasin AUCHAN par des éléments de la Mairie le 31 décembre 2018.
Par la suite, Barthélemy a cassé unilatéralement le contrat avec la société 37,5° et fait venir son ami de longue date Ben Kane, qui avait acheté puis cédé le terrain des mécaniciens déguerpis sur l’ancienne piste à la même société AUCHAN. Barthélemy a ensuite invité à entrer dans la danse la société SMK qui est le principal prestataire de la SONATEL pour Orange Money et pour finir la société BELEL le plus grand importateur de Getzners de la place, qui est en train d’y construire le plus grand centre commercial de Dakar qui sera presque deux fois plus grand que le Sea Plaza.
Les contrats à milliards ainsi que les milliards investis sur ce site de la boulangerie jaune donnent le tournis surtout si on tient en compte que ces investissements sont faits sur un terrain actuellement l’objet d’un lourd contentieux.
Malheureusement pour Barthélemy, la société 37,5° a fait appel, a eu gain de cause, et la décision de rupture du contrat entre 37,5° et la Mairie de Mermoz Sacré-Cœur a été invalidée par le tribunal. La valse des milliards risque de se transformer en Mbalax pour ces entreprises qui ont pris le risque de signer trop vite des contrats aujourd’hui sans effets. C’est un pari pour le moins surprenant à prendre pour des sociétés déjà prospères à moins qu’elles n’aient de l’argent à perdre ou une réelle volonté et un intérêt supérieur à collaborer avec Barthélemy et qu’elles aient obtenus des promesses sérieuses de la part de celui qui se présentait alors, même devant les juges, comme le futur Maire de Dakar.
Malgré la réputation de va-t’en guerre de Barthélemy dont l’université BEM, les mécaniciens de l’ancienne piste, les propriétaires de panneaux d’affichages sur la VDN, la SONATEL ou encore SENTV ont subi les foudres, ces entrepreneurs ont pris, en toute connaissance de cause, le risque de signer des contrats et d’investir sur un site faisant l’objet d’un contentieux connu de tous. Le plus surprenant étant que tous ces milliards dépensés, le sont sur un terrain dont ils ne pourront jamais acquérir le moindre centimètre carré ! En effet, ce terrain de 12.000m² appartenait à la SICAP qui l’a cédé à la Commune de Mermoz Sacré-Cœur pour UN franc symbolique. Déjà soucieuse de potentiels détournements de destination des surfaces foncières par les Mairies, la SICAP avait eu l’heureuse idée de conditionner cette vente symbolique à une interdiction irrévocable de céder ou d’aliéner les terrains vendus sous ce régime du Franc Symbolique.
Ce qui est certain, c’est que malgré cette interdiction de vendre le terrain, et les contentieux juridiques, la Mairie a signé des contrats de longues durées portant sur des milliards de Francs CFA.
A cause de la signature de ces contrats, la Mairie de Mermoz Sacré-Cœur fait face à l’opposition de plusieurs associations de riverains qui contestent son utilisation du patrimoine foncier de la commune. Si on y ajoute les contentieux devant les cours de justice, pour lesquels la Mairie encours le risque d’une condamnation de plusieurs milliards qui ne l’oublions pas ne sont que les impôts des contribuables de la commune, on peut légitimement se poser la question à savoir ce qui peut bien pousser un grand groupe comme AUCHAN et des investisseurs privés sénégalais à mettre autant d’argent sur un terrain qui est en contentieux et sur lequel la commune de Mermoz Sacré-Cœur ne peut céder un seul mètre carré !
Nous y répondrons très prochainement après avoir pris l’attache de tous les intervenants sur site en attendant de lire les éventuelles conclusions de l’IGE qui est déjà sur site. Le Bal des milliards risque bientôt de prendre une tournure très Rock’n’Roll.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici