Crise ukrainienne: Blinken s’assure du soutien des Européens avant sa rencontre avec Lavrov

0
115

Dans la crise ukrainienne, le secrétaire d’État américain était en visite à Berlin aujourd’hui. Antony Blinken y a rencontré ses homologues allemand, français et britannique. L’objectif des États-Unis est de s’assurer du soutien des partenaires européens et de parler d’une seule et même voix à la Russie de Vladimir Poutine. 

Le message envoyé ce jeudi à Moscou est clair : les États-Unis et leurs alliés européens sont unis dans leur volonté de trouver une issue diplomatique à la crise ukrainienne. Unis aussi derrière d’éventuelles sanctions contre la Russie si Vladimir Poutine devait choisir l’invasion plutôt que le dialogue.

« Si des forces militaires russes, quel que soit leur nombre, franchissent la frontière ukrainienne et commettent de nouveaux actes d’agressions contre l’Ukraine, cela entraînera une réponse rapide et sévère des États-Unis et de nos alliés et partenaires », a déclaré Antony Blinken.La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a exhorté la Russie à prendre de toute urgence des mesures en vue d’une désescalade. « Il ne s’agit de rien de moins que de la préservation de l’ordre de paix européen. Il est pour nous existentiel. C’est pourquoi nous n’avons pas d’autre choix que de le défendre. Et cela vaut même si d’éventuelles sanctions auraient des conséquences économiques pour nous-mêmes », a-t-elle affirmé.  

En cas d’attaque de la Russie contre l’Ukraine, le nouveau gouvernement allemand s’est engagé à bloquer la mise en service du gazoduc Northstream 2 qui devrait doubler l’approvisionnement de l’Allemagne en gaz russe.

Nouvelle rencontre entre Russes et Américains à Genève

Antony Blinken doit par ailleurs rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov pour tenter de trouver une issue diplomatique dans un dossier où les deux puissances restent profondément divisées. C’est la quatrième fois que Russes et Américains se retrouvent à Genève. Après trois premières rencontres dans le cadre du Dialogue sur la stabilité stratégique, dont la dernière, le 10 janvier dernier, a vu les deux parties s’opposer ouvertement sur le dossier ukrainien, Genève se retrouve à nouveau sous les projecteurs pour des discussions qui s’annoncent tendues entre les chefs de la diplomatie des deux pays.

Il y a un peu plus de dix jours les négociations s’étaient déroulées entre le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, et son homologue américaine Wendy Sherman et ne laissaient rien présager de bon tant les deux parties semblaient éloignées.

Depuis la situation est encore plus tendue. Moscou continue de réclamer des réponses à ses revendications avant de nouveaux pourparlers et continue également de masser du matériel et des troupes non loin de la frontière ukrainienne. Cette semaine par exemple des soldats et des équipements ont été déployé en Biélorussie où doivent se tenir prochainement des exercices militaires conjoints.

Antony Blinken ne semble en tout cas pas se faire beaucoup d’illusion avant cette nouvelle rencontre, même s’il continue publiquement de plaider pour une solution diplomatique.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici