« Rien que la semaine dernière, nous avons atteint un pic de 99 décès… Ce n’est pas pour faire peur aux sénégalais, mais la situation est très tendue » (Dr Alioune Badara Ly, COUS)

0
177

Le ministère de la santé et de l’action sociale reprenant le point du jour sur la situation épidémique liée au coronavirus, a laissé parler certains responsables de la risposte. Le nouveau directeur du centre des opérations d’urgences sanitaires, Docteur Alioune Badara Ly a voulu faire un rappel sur la relation de la pandémie avec un certain nombre de facteurs,  notamment la Tabaski et les tests de diagnostic rapide. « Aujourd’hui, il va y avoir un avant Tabaski du point de vue épidémiologique, un pendant, mais surtout un après Tabaski qui concentre toute notre attention sur l’évolution de la maladie à Dakar et dans les autres régions. Il faut rappeler que pendant la Tabaski, nous avions un nombre de cas légèrement en baisse. Ceci peut s’expliquer du fait que plusieurs sénégalais se sont rendus au niveau de leurs localités pour fêter la Tabaski mais aussi par l’avènement des tests de diagnostic rapide », a lancé le successeur du Dr Bousso.

Un des autres facteurs également est, selon le Dr Alioune Badara Ly, la semaine qui a suivi la Tabaski, une légère hausse dans certaines régions a été notée.
Ainsi, faisant le cumul entre juin et juillet, les cas ont largement augmenté. Même chose pour les décès avec les 99 cas qui ont été notés la semaine dernière.

Aussi, le Dr Alioune Badara Ly rappelle que la situation est pour le moment inquiétante, même si les efforts du ministère sont toujours en train d’être mis en œuvre. D’où l’importance pour les populations de faire preuve de plus de vigilance. « La situation reste aujourd’hui assez tendue. Il nous faut bien renforcer la lutte et surtout, rappeler aux sénégalais à aller se faire vacciner », a incité le directeur du COUS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici