[focus] Interrogatoire Du M**t : Les Mancagnes Vont-ils Percer Le Mystère François Mancabou ? 

0
72

Focus] Interrogatoire du m**t : Les Mancagnes vont-ils percer le mystère François Mancabou ?

Et si la justice traditionnelle s’immisçait dans ce dossier qui a tenu en haleine le pays tout entier pendant un mois. C’est l’alternative, un temps envisagée, par les proches de François Mancabou après son décès. Pour tenter d’avoir ample précisions sur ce rituel consistant à faire parler le m**t chez les Mancagnes, Seneweb s’est rapproché de Mouhamadou Nissire Sarr, enseignant chercheur au département d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Arrêté en marge de la manifestation interdite de la coalition Yewwi Askan Wi, le 17 juin 2022, François Mancabou a rendu l’âme le 14 juillet dans des circonstances qui restent pour le moment troubles. Au lendemain du décès annoncé du mis en cause, le procureur de la République avait invité la presse pour livrer la version officielle de ce décès. « Contrairement aux autres inculpés qui ont gardé le calme, le susnommé a violemment cogné le mur et les grilles de la cellule de détention. Les enquêteurs disposent d’images vidéo de 13 minutes qui seront déposées dans le cadre de l’enquête qui sera conduite », a-t-il expliqué. Un récit qui n’a pas convaincu la famille qui campe sur la thèse de la torture. Dans un entretien accordé à Seneweb le 15 juillet, Raymond Zalé, proche de François Mancabou, affirmait que la communauté Mancagne allait « réagir » si la lumière n’était pas faite sur la m**t de leur « frère ». Lors d’un point de presse des avocats de la famille de François Mancabou, tenu le 5 août dernier, le même Raymond Zalé, porte-voix de la famille du défunt, réclamait que la dépouille leur soit restituée pour procéder à son enterrement tout en précisant que : « pour ceux qui ne connaissent pas les Mancagnes, un corps détenu pendant 10 à 15 jours, nous ne pouvons plus avoir ce que nous voulons traditionnellement ».  Une indication qui peut sembler étrange pour le citoyen lambda mais pour le regard éclairé, le lien est tout de suite fait avec l’interrogatoire du m**t.

Pratique commune chez les peuples des rivières du sud

Ce rite ne pouvant plus être effectué dans le cadre de l’affaire François Mancabou, selon les raisons susmentionnées, mais aussi parce que sa famille a procédé à son inhumation, il serait important de se pencher sur cette pratique traditionnelle. Enseignant-chercheur au département d’histoire à l’UCAD, Mouhamadou Nissire Sarr brandit la thèse d’Amadou Fall intitulée : « La conception de l’être et de l’au-delà en Egypte pharaonique et chez les peuples des rivières du sud ». L’auteur donne un exemple de l’interrogatoire du m**t chez la communauté Baïnouk en précisant que ce rituel est commun aux peuples des rivières du sud où l’on retrouve, en plus des Baïnouk, les Balante, les Diola et les Mancagnes. La cérémonie débute par une chasse au trésor où le défunt, sur demande du questionneur (prêtre funéraire), recherche dans la forêt un objet lui appartenant. « Porté sur une claie (treillage en bois) par des membres de sa famille, généralement 2, le m**t doit retrouver l’objet. S’il y parvient, c’est qu’il est toujours possesseur de son âme car, c’est elle qui a guidé ses pas vers l’endroit où était caché l’objet. Si l’inverse se produit, c’est que son âme a été dévorée par un sorcier mangeur d’âme », révèle Amadou Fall dans son ouvrage. Ainsi, le défunt assis à même le sol et soutenu par des bois fourchus préside la cérémonie funéraire nocturne. Torche à la main, le questionneur invite le m**t à lui désigner le sorcier. La cérémonie funèbre se poursuit jusqu’à ce que le coupable soit désigné. Les questions posées lors de cet interrogatoire chez les Baïnouk sont : Avez-vous désobéi à Dino ou aux esprits ? Avez-vous tué par le passé un homme dont l’esprit est revenu se venger ? Le coupable est-il parmi nous ? Peux-tu le désigner ? Si la réponse est oui, le brancard, porté généralement par 2 ou 4 solides gaillards, avance vers l’individu qui fait office de prêtre l’instant du rituel funèbre. « Si la réponse est non, le brancard recule toujours poussé par une force « purificatrice » donnée par Dino (dieu créateur chez les Baïnouk) à la communauté pour expurger de celui-ci toute idée d’impureté », indique l’auteur. Cependant, il peut arriver que le cercueil refuse d’avancer et fasse des cabrioles lorsque les questions sont ambiguës.

L’interrogatoire chez les Bona de la Côte d’Ivoire

Lui aussi, ayant travaillé sur la question par le biais d’une thèse soutenue en 1992 « La m**t en Egypte pharaonique et en Afrique noire : Études comparées », Mouhamadou Nissire Sarr révèle que le rituel de l’interrogatoire du m**t est rencontré de l’Angola jusqu’à la boucle du Niger, de la côte atlantique jusqu’au pays Moussi notamment chez les Diola de la Casamance, le Mossi de la Haute-Volta, les Agni de la Côte d’Ivoire. Concernant le dernier pays cité, un autre peuple fait recours à ce rituel : Les Bona. « Le m**t est interrogé par ses pairs, c’est-à-dire par les membres de son lignage dotés de compétences occultes susceptibles de leur permettre d’interpréter les mouvements du m**t et celui-ci doit répondre aux questions qu’on lui pose », indique l’enseignant chercheur sénégalais. Le m**t est soumis à un interrogatoire au cours duquel, 4 types de questions sont posées : « Si tu connais qui t’a tué recule puis avance. Si ce que tu dis est vrai, remercie les hommes qui sont présents ». Le m**t, à partir de ce moment, peut s’exécuter. S’il cogne quelqu’un dans l’assistance, ils en déduisent que celui-ci est responsable de son décès. Si par contre, il se rend auprès d’un tas de café, il indique par là que le conflit est né au sujet de plantation de café où d’un bénéfice mal partagé. « Mais, il peut arriver que le m**t refuse de répondre aux questions dans de tels cas, on le provoque en l’insultant ou en l’accusant. Si les gestes qu’il exécute ne sont pas clairs, les Bona pensent qu’il est enchaîné par un mangeur d’âme qui l’empêche de voir clair et de révéler la vérité. Devant une telle situation, on fait recours au prêtre divin, au guérisseur qui sont capables de révéler les actes malfaisants du sorcier », raconte le spécialiste.

« L’une des idées qui s’impose en Afrique, c’est que la m**t n’est jamais naturelle »

Cette recherche constante des circonstances de la m**t dans les sociétés africaines découlerait d’une croyance commune. Mouhamadou Nissire Sarr souligne que l’une des idées qui s’impose en Afrique, c’est que la m**t n’est jamais naturelle, elle est toujours due à l’intervention des forces dites « dissolvantes ». Un avis corroboré par Louis Vincent Thomas : « punition d’une faute, action du f******e, résultat du maléfice (du sorcier mangeur d’âme) et vengeance de l’ennemi. Le groupe social secoué par l’irruption de l’événement vise avant tout à cerner le désordre, le limiter, le rétrécir pour le reporter sur le c*****e et l’éliminer avec lui. Par ce biais, il élabore tout un ensemble de stratégies rituelles dont l’objectif est de se débarrasser du m**t et d’étouffer le malheur jusqu’à sa disparition complète ».

Un constat que l’on retrouve aussi chez les Baïnouk, d’après Amadou Fall, qui voient en l’interrogatoire une manière « stéréotypée » de connaître les raisons profondes et parfois invisibles de la m**t de l’individu. « Celles-ci ne sont généralement connues que par les esprits et l’âme du défunt. Le m**t peut s’élever du désir ardent de rejoindre les mânes des ancêtres. Chez l’homme bien, savant ou populaire, elle peut être l’œuvre du sorcier ou de manœuvres perfides d’un ennemi qui peut procéder par empoisonnement », ajoute le chercheur qui précise que la conviction la plus forte, chez ce peuple est que la m**t découle de l’attitude désobligeante ou de graves fautes soumises sur un très puissant f******e.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici