Bourse et Master : Les étudiants haussent le ton et fixe un ultimatum à Cheikh Oumar Hann

0
116

Les démons de la contestation refont surface à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. En effet, après quelques semaines d’accalmie, la tension monte de nouveau à l’Ugb.

Après la cessation de toute activité pédagogique, doublées de trois journées sans ticket, la coordination des étudiants de Saint-Louis a organisé une assemblée générale suivie d’un point de presse au cours de laquelle elle a manifesté son désaccord total des décisions prises par le ministre de l’Enseignement supérieur dans l’octroi de bourses aux étudiants sélectionnés au Master.

Et les pensionnaires de Sanar n’ont pas été tendres avec le ministre Cheikh Oumar Hann qui, selon eux persiste dans l’erreur en prenant des décisions impopulaires.

 » L’octroi de la bourse est basé sur des critères de mérite et d’excellence. Alors, pour être sélectionné en Master, il faut être performant et obtenir la moyenne pour passer.

Dans ce cas, comment peut-on expliquer la décision du ministre Cheikh Oumar Hann d’octroyer des bourses à quelques étudiants du Master seulement et laisser d’autres en rade au moment où ces camarades remplissent tous les critères de mérite et de performance pour en bénéficier » ? s’est interrogé Sambarou Kandé, porte-parole du jour.

Ensuite. Toujours, selon Sambarou Kandé, beaucoup d’étudiants comptent sur cette bourse pour pouvoir faire leur recherche en Master.  » C’est pourquoi depuis le début, en tant que structure responsable, nous avons alerté sur la dangerosité d’une telle décision.

Malheureusement, au lieu de dialoguer avec toutes les composantes concernées, le ministre a opté pour le silence radio en refusant de se prononcer sur la question. Raison pour laquelle en guise de riposte, la Cesl a décrété 72 heures de journées sans tickets et de cessation de toute activité pédagogique » a-t-il soutenu. Très déterminés dans leurs revendications, les étudiants ont invité le ministre de l’Enseignement supérieur à poser « Des jalons concrets pour rectifier ses folies.

Nous lui donnons un ultimatum d’une semaine pour revenir sur cette mesure impopulaire. Sans quoi il sera considéré comme responsable de tout ce qui arrivera dans les universités.

Nous lui rappelons aussi que c’est pour des raisons de bourse que notre camarade Feu Fallou Sène a été abattu froidement à l’Ugb », a averti le président de séance de la Cesl.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici