Procès en appel pour terrorisme : Imam Dianko libre, Ibrahima Ly reste en prison.

0
71

La cour d’appel de la chambre criminelle spéciale siégeant au tribunal de grande instance hors classe de Dakar, a rendu les verdicts des affaires opposant le ministère public aux accusés Boubacar Dianko et Ibrahima Ly.

Le premier qui a été reconduit devant le prétoire par le parquet général reste libre. En première instance, l’Imam sénégalais qui a eu des accointances avec le jihadiste mauritanien Hamada Ould Mohamed Heirou, leader du Mujao au Mali, avait été relaxé au bénéfice du doute alors qu’il risquait les travaux forcés à perpétuité. Le parquet général qui croit dur comme fer que Dianko est coupable des accusations qui sont portées à son encontre, notamment l’association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et l’atteinte à la sûreté de l’État, avait requis 15 ans de réclusion criminelle. 

Pour le représentant du ministère public, le religieux sénégalais qui a reçu chez lui à Thiaroye le jihadiste mauritanien qui l’a ensuite invité à Gao, alors sous occupation jihadiste était conscient des activités terroristes de son ami. Des accusations que le concerné a toujours niées. Aussi bien lors de sa première comparution qu’au cours de la deuxième.

En interjetant appel, Ibrahima Ly espérait recouvrer la liberté ou au pire des cas voir sa peine réduite. Le franco-sénégalais qui a écopé de 15 ans de travaux forcés dans un premier temps pour actes de terrorisme par association de malfaiteurs, n’a pas eu gain de cause. La cour d’appel a confirmé la peine prononcée en première instance. Ses avocats l’ont paré d’habits de détenu exemplaire qui aurait bonne presse auprès des gardes pénitentiaires. Visiblement, ces arguments ainsi que ceux consistant à le présenter comme une victime de sa naïveté n’ont pas prospéré. Les dés étaient pipés pour ce jeune qui a fait le voyage de Raqqa du nom de l’ancienne capitale de l’État Islamique en Syrie. Pendant les 3 mois qu’il a faits dans cette ville, Ibrahima Ly s’est fait remarquer en se faisant prendre en vidéo, armé et menaçant les « détracteurs du prophète ».

Comme s’il n’en avait pas assez fait, le franco-sénégalais est apparu sur au moins d’autres photos, kalachnikovs en bandoulière. De quoi convaincre l’accusation de l’embrigadement d’Ibrahima Ly. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici