Descente sur le territoire, marche et cri de désolation Revendications et réclamations sont devenues tendance à l’Université de Thiès

0
374


Les conditions sont difficiles et les étudiants sans consolation
Une situation déplorable et désolante qui s’affaisse

Des étudiants au chevet de leur colère qui se démerdent
A l’instant où d’autres sont traités dans leurs pays avec égard
Ceux qui le disaient n’ont pas tort, l’université est devenue de la merde
Les étudiants sont traités comme du bétail, négligés sous le coup de l’État avare

Etre étudiant devient exposer sa vie à la merci de l’Etat
Qui fait défaillance face à ses engagements,
Et expose l’avenir de demain dans un parfait état
De désarroi et de troubles sans presque jamais de changements.

Que se passe-t-il ? Quel est tout ce bruit ? Qui pour m’expliquer ? —Un ensemble de faits que j’appellerais une succession de dérives.

L’Université Iba Der THIAM de Thiès c’est…6 milliards depuis lors et l’horloge nous indique que nous sommes à 67 mois en cours. L’Université Iba Der THIAM de Thiès c’est…des sites éparpillés. L’Université Iba Der THIAM de Thiès c’est…un site sans station d’épuration. L’Université Iba Der THIAM de Thiès c’est…un site sans clôture. L’Université Iba Der THIAM de Thiès c’est…des travaux qui datent de Mathusalem partagés entre arrêt et reprise des constructions sous la douce mélodie de la chanson rassurante “les travaux seront bientôt achevés”. Le site VCN de l’Université Iba Der THIAM de Thiès c’est…un espace pédagogique où des étudiants se disputent des salles de classe et se chamaillent entre eux. Le site VCN de l’Université Iba Der THIAM de Thiès c’est…des étudiants de l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) qui sentent l’odeur amère de l’expulsion parce qu’ils n’ont pas de salles de classe spécifiques, plutôt des salles prêtées qui devront être reprises pour leurs ayant-droits. Le site VCN de l’Université Iba Der THIAM de Thiès c’est… des étudiants qui dorment à la salle télé, pourquoi ? Parce qu’ils n’ont là où aller ! Les logements sont saturés au moment où la CROUS-T ne manque de décorer les campus sociaux. Nous ne sommes pas à Reubeuss où des centaines de prisonniers sont entassés comme des sardines dans une petite cellule comme logis ! Nous ne sommes pas contre cet embellissement, mais il y a des priorités à satisfaire et le cas des logements est une situation qui demande satisfaction immédiate.

Voici l’université Iba Der THIAM de Thiès ! Une université qui fait face à un manque de considération poignant, ligotée dans des discours et emprisonnée dans des promesses sans cesse, pleins d’espoir, sans de véritables solutions.

Au moment où… L’arène nationale c’est…32 milliards en 28 mois.
Dakar Arena c’est…66 milliards en 26 mois. Le stade du Sénégal c’est…155 milliards en 18 mois.

Autorités étatiques et administratives ! Les étudiants sont fatigués de vos discours et réclament des salles de cours. Vos visites dans ces chantiers interminables, à quoi ont-elles servi ? A accroître notre espoir pour nous bercer dans le désespoir. Tous ces étudiants qui, par manque de logement, peinent à trouver des résidences ou habitent les salles de télé et autres espaces universitaires sont nos frères et sœurs étudiants. Si vous n’êtes pas sensibles de leur état, nous, nous concernant, le sommeil nous a quittés à force de les voir dans ces conditions.

Chers camarades étudiants ! Nous vous lançons un appel solennel pour venir nous rejoindre dans cette lutte qui nous est tous commune. L’étudiant qui ne s’engage pas ou ne partage pas cet avis comme cette cause qui portera au pinacle de la jurisprudence l’orgasme des plaideurs dévoués à la cause estudiantine quand ses semblables se donnent corps et âme devient un forgeron de bibelots d’inanité sonore.

Nous avons quitté nos terres et le berceau natal
Pour se donner rendez-vous au banquet de l’universel
À la quête du savoir qui demeure notre essence capitale
Pour servir et faire valoir notre potentiel

Non ! Nous ne sommes pas révolutionnaires
Nous ne faisons que réclamer nos droits
Nous sommes modèles ! Et nous ne faisons pas la guerre
« L’humilité mon choix, l’excellence ma voie »

Habībou BASSENE, poète romancier.
Chronique et analyse

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici