Affaire Adji Sarr : Me Khoureychi Bâ révèle les moments secrets entre le Doyen des juges Samba Sall et Ousmane Sonko

0
248

Le face à face d’Ousmane Sonko et le doyen des juges d’instruction Samba Sall dans l’affaire Adji Sarr n’a pas fini de révéler ses secrets. Certains moments, qui sont restés secrets, viennent d’être livrés par un des conseils du leader du Pastef. Avocat de Sonko dans le dossier de viol présumé, Me Khoureychi Bâ a rendu un vibrant hommage au doyen des Juges d’instruction prés le Tribunal de grande instance (TGI) de Dakar, Samba Sall, décédé ce jeudi à Dakar à l’hôpital Principal de Dakar des suites d’une maladie. Senenews vous propose l’intégralité du texte qui révèle des faits qui se sont produits dans l’intimité du bureau du magistrat

« Qu’il me soit au demeurant permis, s’agissant justement de M. Ousmane SONKO, de rappeler comment il avait pris tout le monde par surprise en l’auditionnant dans son cabinet (à la fin du match amical Brésil-Sénégal le 10 Octobre 2019) en tant que plaignant et partie civile dans l’affaire dite des 94 milliards, pour finir par fixer le montant de la consignation payée dès le lendemain. Lors de ce premier face à face que lui et moi avions organisé dans le plus grand secret en verrouillant l’information avec M. Sonko lui-même et mon excellent confrère Bamba Cissé, les deux hommes au charisme hors du commun, n’avaient pas tardé à se rendre compte qu’ils avaient des atomes crochus.

Arrivé en retard, le Président de PASTEF lui ayant manifesté le désir de s’acquitter de la prière de ASR, le si redouté Doyen des juges s’empressa, avec un bonheur visible, de lui dérouler le tapis…. En ce 8 Mars 2021 après lui avoir notifié son inculpation et placement sous contrôle judiciaire, SAMBA SALL lui rappela sa prière sur le même tapis en Octobre 2019 et la joie qu’il ressentait pour ainsi dire à la seule vue de cet accessoire!

Ou bien, bien plus près de nous, comment lire sa décision souveraine, personnelle, de déménager pour mettre sa famille à l’abri, de sa propre initiative et sans l’assistance de personne, avant de couper toute possibilité d’être joint pour ne pas avoir à subir des pressions d’un autre âge (…)

Plus extraordinaire, en revenant sur la situation de ce vendredi 5 Mars, le Doyen SAMBA SALL n’a pas caché qu’il était en plein dans un univers onirique, dans une sorte de mauvais rêve en train d’exécuter comme qui dirait un plan conçu ailleurs par des forces extérieures, disons occultes, et qui lui a été dicté à son corps défendant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici