Covid-19 : la France va commencer à produire des vaccins

0
165

La France va commencer à produire des vaccins. «La production doit commencer cette semaine, en l’occurrence mercredi chez Delpharm, dans son usine de Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loir), pour BioNTech», partenaire de l’américain Pfizer, a indiqué le ministère français de l’Economie et des Finances à l’AFP. «Ils vont commencer par la production de lots-tests dans un premier temps, pour s’assurer que tout est conforme aux standards de qualité attendus et basculeront ensuite le plus rapidement possible sur de la production de lots commerciaux.»

Le sous-traitant français Delpharm fait partie des entreprises soutenues ces derniers mois par l’Etat, via l’appel à manifestation d’intérêt annoncé à la mi-juin. Et il n’est pas seul :

  • Le suédois Recipharm va produire des vaccins pour l’entreprise américaine Moderna, «à horizon mi-avril», dans son usine française de Monts (Indre-et-Loire) ;
  • Le façonnier Fareva devrait, lui, lancer «fin mai, début juin» la production du CureVac, qui est encore soumis à la condition d’autorisation de mise sur le marché, dans ses usines de Pau (Pyrénées-Atlantiques) et de Val-de-Reuil (Eure) ;
  • Le français Sanofi va produire pour Janssen (filiale de Johnson & Johnson), à Marcy-l’Etoile (Rhône).

«Quand on met tout ça bout à bout, on est sur au moins 250 millions de doses qui sortiront des sites français d’ici à la fin de l’année, en cumulé», a indiqué Bercy. Un chiffre qui ne comprend pas le vaccin mis au point par Sanofi, espéré pour le second semestre, si les essais cliniques s’avèrent concluants.

L’Inde enregistre pour la première fois plus de 100 000 cas en vingt-quatre heures. Depuis le début de la pandémie, le Covid-19 a touché 12,5 millions de personnes dans le pays et fait 165 000 morts. Dans le seul Etat du Maharashtra, le plus touché et qui comprend la mégalopole de Bombay, près de 60 000 nouveaux cas ont été recensés en une journée – pour 110 millions d’habitants. Les autorités locales ont donc décidé, dimanche, d’avancer le couvre-feu de 20 heures à 19 heures, d’appliquer un confinement le week-end, de fermer non seulement bars, restaurants, cinémas, piscines mais également lieux de cultes, lieux publics et bureaux privés, et d’interdire toute réunion de plus de quatre personnes.

Le Premier ministre, Narendra Modi, cherche avant tout à éviter un confinement national, après celui de mars 2020 dont les conséquences avaient été catastrophiques pour les plus pauvres. L’Inde a pour l’instant administré près de 80 millions de doses de vaccin.

La propagation du Covid-19 repart en flèche en Iran, après les congés du nouvel n persan. Selon les autorités, le pays affronte une «quatrième vague». Lundi, les nouvelles contaminations y étaient au plus haut depuis quatre mois, avec 13 890 nouveaux cas recensés en vingt-quatre heures. Pas très loin du pic du 28 novembre, à 14 051 cas. «Malheureusement, personne ne m’a écouté à propos de (la nécessité de limiter) les voyages (pendant les congés du nouvel an) et nous faisons maintenant face à de grandes difficultés», a déclaré le ministre de la Santé, Saïd Namaki.

Téhéran, la capitale, est classée «rouge», soit le plus haut niveau sur l’échelle nationale du risque. L’Iran est le pays du Proche et du Moyen-Orient le plus touché par la pandémie.

Le Portugal et la Grèce lâchent du leste. Lisbonne a autorisé les terrasses de café, les musées et les collèges à reprendre leurs activités ce lundi, plus de deux mois après leur fermeture. En terrasse, les rassemblements seront limités à quatre personnes par table, les musées devront adapter leurs horaires et, au collège, les cours collectifs resteront interdits dans les salles de sport. Selon le plan de déconfinement du gouvernement, les lycées, les universités et les salles de spectacle devront attendre jusqu’au 19 avril pour rouvrir et les restaurants devront patienter jusqu’à début mai. Les écoles primaires avaient rouvert le 15 mars.

En Grèce, la plupart des magasins sont autorisés à rouvrir dès ce lundi. Avant de se rendre en magasin, les clients devront prendre rendez-vous. Les enseignes les plus grosses pourront accueillir jusqu’à vingt personnes en même temps. Cette mesure ne concerne toutefois pas les grands magasins et les centres commerciaux. Et elle ne s’applique pas aux deux plus grandes villes du pays après Athènes, Thessalonique et Patras, où l’infection est particulièrement virulente.

Au Pérou, un troisième candidat à la présidentielle a été testé positif, une semaine avant le scrutin. L’ancien footballeur professionnel George Forsyth a immédiatement suspendu les réunions publiques qu’il devait tenir dans la dernière ligne droite avant l’élection, prévue le 11 avril. Durant cette campagne électorale, deux autres candidats, le centriste Julio Guzman, économiste, et Ciro Galvez, avocat et compositeur quechua, avaient aussi été contaminés.

Depuis le début de l’épidémie, plus de 1,5 million de Péruviens ont été touché par le Covid et plus de 52 000 en sont morts, selon les chiffres officiels. Un nombre record de décès liés au virus en vingt-quatre heures a été enregistré samedi, avec 294 morts, mais les autorités ont exclu de reporter le scrutin présidentiel.

Le Venezuela a enregistré un nombre record de contaminations, à cause du variant brésilien : en l’espace de vingt-quatre heures, le pays a comptabilisé 1 786 nouveaux cas de contamination au Covid-19. «C’est le point le plus haut de l’histoire de la pandémie au Venezuela», a affirmé le Président, Nicolás Maduro, à la télévision publique. L’opposition et des ONG estiment toutefois depuis des semaines que les chiffres officiels sont inférieurs à la réalité. Le Venezuela vit depuis début mars une deuxième vague de l’épidémie. En tout, le coronavirus a fait 1 662 morts dans cet Etat de 30 millions d’habitants. Pour la troisième fois d’affilée, une «semaine radicale» a été instaurée, qui consiste en un confinement avec fermeture des écoles et ouverture des commerces essentiels.

«A partir du 12 avril, les pharmacies pourront vendre des autotests à ceux qui souhaitent en acheter», a annoncé vendredi le ministre de la Santé Olivier Véran, dans un entretien au média Brut, diffusé en direct sur Facebook. Ces autotests nasaux permettent de détecter facilement la présence du virus Sars-CoV-2 à domicile. Il faut s’introduire un écouvillon dans le nez, mais il est beaucoup plus court (et donc moins désagréable) que celui des tests réalisés par un professionnel : le coton-tige ne pénètre qu’à 3-4 centimètres. Les autotests ont été autorisés le 16 mars par la Haute autorité de Santé (HAS), qui précise que tout résultat positif devra être confirmé par test PCR – pour être comptabilisé dans les statistiques, mais aussi pour identifier un éventuel variant. Les autotests sont fiables à 80 % pour les personnes symptomatiques, mais leur efficacité chute à 60 % voire 50 % pour les asymptomatiques et pré-symptomatiques.

Aux Etats-Unis, les personnes vaccinées contre le Covid peuvent recommencer à voyager, ont annoncé vendredi les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique américaine. Les voyageurs vaccinés n’auront plus à effectuer de test avant et après leur trajet (sauf si leur destination l’impose). Cela ne les dispense pas de continuer à porter un masque et respecter la distanciation physique, et les CDC recommandent toujours d’éviter les voyages en ce moment. Aux Etats-Unis, plus de 100 millions de personnes ont désormais reçu au moins une dose de vaccin, et 58 millions sont entièrement vaccinés dont plus de la moitié chez les plus de 65 ans.

Des caillots sanguins se sont formés chez 30 personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca, dont 7 sont décédées, a indiqué samedi l’agence britannique du médicament (MHRA). Le régulateur précise avoir reçu, à la date du 24 mars, les signalements de 22 cas de thromboses veineuses cérébrales et de 8 autres cas de thromboses associées à un déficit de plaquettes, sur un total de 18,1 millions de doses administrées. Dans son avis rendu jeudi sur les effets secondaires des vaccins, la MHRA avait indiqué que «le risque d’avoir ce type de caillots sanguins est très faible» et qu’en règle générale, «le nombre et la nature des effets indésirables signalés jusqu’ici ne sont pas inhabituels comparés à d’autres types de vaccins utilisés couramment.» La MHRA indique que son «examen approfondi sur les signalements [de caillots] se poursuit» mais qu’aucun lien est établi avec le vaccin. «Les avantages du vaccin AstraZeneca continuent d’être largement supérieurs aux risques et le public devrait continuer à recevoir le vaccin quand il est invité à le faire», ajoute l’agence.

La Lettonie a ouvert samedi dix grands centres de vaccination anti-Covid pour tenter d’accélérer sa campagne. Actuellement, seulement 7 % de la population lettone a reçu au moins une dose de vaccin. C’est le deuxième taux le plus bas de l’UE après la Bulgarie. Un sondage indique que seule la moitié de la population compte se faire vacciner, 34 % n’en ont pas du tout l’intention et 16 % hésitent. «Une fois que les centres seront en place et fonctionneront, les gens verront que ça marche, et leur attitude changera», veut croire le ministre de la Santé Daniels Pavluts.

Sept hôpitaux militaires vont accueillir des centres de vaccination. C’est ce qu’a annoncé samedi soir la ministre de Armées, Florence Parly, dans un communiqué «dans le cadre de l’effort collectif de l’Etat pour intensifier la campagne de vaccination». Le défi ? Administrer «jusqu’à 50 000 doses par semaine» dans chacun d’eux des vaccins anti-Covid à compter du 6 avril. Ces hôpitaux militaires sont situés en Ile-de-France, deux en région PACA, un en Bretagne, un dans le Grand-Est et un en Nouvelle-Aquitaine. «L’acte de vaccination [y] sera assuré par le personnel du service de santé des Armées, précise le communiqué de la ministre. La chaîne logistique sera intégralement assurée par des militaires spécialisés.» «En fonction des besoins», d’autres centres militaires de vaccination pourraient être ouverts en concertation avec les préfets et les Agences régionales de Santé.

Pour Bruno Le Maire, fermer les écoles et les commerces va coûter un point de croissance. Les nouvelles mesures de restriction conduisent le gouvernement français à abaisser d’un point sa prévision de croissance pour 2021, à 5 %, annonce le ministre de l’Economie dans le JDD. «Fermer les établissements scolaires et 150 000 commerces est indispensable pour freiner la circulation du virus. Mais ces mesures auront un impact sur l’économie française. Nous allons donc réviser notre croissance de 6 % à 5 % pour 2021», explique le ministre, alors que le PIB français s’était contracté de 8,2 % en 2020. «Le coût total des aides est estimé à 11 milliards d’euros en avril». Cette somme comprend le coût total du fonds de solidarité, du chômage partiel pour l’Etat et des exonérations de cotisations sociales. Les commerçants pourront recevoir comme les restaurants une aide allant jusqu’à 200 000 euros par mois. Une partie de leurs stocks d’invendus seront également indemnisés. Et Le Maire de marteler : «la promesse présidentielle du quoi qu’il en coûte sera tenue»

Vacciné, le président argentin Alberto Fernandez, réinfecté mais sans gravité. Vacciné avec le sérum russe Spoutnik V, le chef de l’Etat a été testé positif au coronavirus, a confirmé samedi son équipe médicale après un test PCR. «Le tableau clinique est bénin, en grande partie grâce à l’effet protecteur du vaccin reçu». «A la fin de la journée d’aujourd’hui (vendredi, ndlr), après que j’ai présenté une fièvre de 37,3 et un léger mal de tête, on m’a fait un test antigénique dont le résultat a été positif», avait twitté vendredi Alberto Fernandez. Le président, qui a eu 62 ans vendredi et se trouve en isolement par précaution, a déclaré être «dans un bon état physique». «Je n’ai aucune idée de comment j’ai été contaminé. Je suis quelqu’un de prudent. Sans le vaccin, je passerais un très mauvais moment», a-t-il déclaré à une radio. Avant d’appeler à bien respecter les gestes barrières.

Le Royaume-Uni va expérimenter un pass sanitaire dès la mi-avril. Selon le gouvernement britannique ce dimanche, ce système de passeport sanitaire sera testé en Angleterre pour permettre la reprise d’activités très affectées par la pandémie, comme les matches de football et les événements en salles. Si le projet accompagne la levée progressive des restrictions, Boris Johnson doit néanmoins en donner de plus amples détails lundi, notamment au moment d’annoncer de nouvelles règles pour les vacances à l’étranger, interdites jusqu’au 17 mai au moins. «Nous faisons tout notre possible pour permettre la réouverture de notre pays […] de la manière la plus sûre possible», a déclaré le Premier ministre conservateur dans un communiqué. Cette sorte de «certification du statut Covid» (par la vaccination, un test PCR négatif ou un statut sérologique) ne sera pas exigée dans les transports publics et les commerces essentiels, ni dans les pubs lors de leur réouverture.

A Calais, des centaines de doses d’AstraZeneca ne trouvent pas preneur. Bien que les cas de thromboses restent très rares et la balance bénéfice /risque plus que positive pour le vaccin anti-Covid du laboratoire anglo-suédois, la méfiance généralisée a conduit samedi à l’annulation au dernier moment de dizaines de rendez-vous à Calais, jusqu’à entraîner la fermeture anticipée du centre de vaccination, rapporte France Bleu. Ainsi, le centre de vaccination calaisien s’est retrouvé avec 550 doses non pourvues sur les bras, qu’il pourra encore administrer la semaine prochaine. «Ce vaccin n’est pas dangereux, a rappelé le maire LR Natacha Bouchart. Ne craignez rien, venez vous faire vacciner.» Les 560 doses du vaccin Pfizer ont, elles, été inoculées.

Des ministres à des dîners clandestins haut de gamme à Paris ? «Il faut qu’ils soient pénalisés comme n’importe quel citoyen», si c’est le cas, réagit ce dimanche la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa après la diffusion d’un reportage de M6. La préfecture de police de Paris a, elle, indiqué à l’AFP avoir ouvert une enquête pour vérifier les faits rapportés à la demande du ministre de l’Intérieur. «A la suite du reportage de M6, j’ai demandé au Préfet de police de Paris de vérifier l’exactitude des faits rapportés afin, s’ils sont vérifiés, de poursuivre les organisateurs et les participants de ces dîners», a en effet tweeté Gérald Darmanin en milieu d’après-midi. La polémique a été très relayée sur les réseaux sociaux, notamment sous le mot dièse #OnVeutLesNoms, sur Twitter. «Tous les ministres, sans exception, respectent la règle, aucun n’estime avoir droit à quelque passe-droit que ce soit», a pour sa part commenté le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Le Portugal maintient les contrôles aux frontières avec l’Espagne jusqu’à la mi-avril. Cette mesure de restriction de passage pour les touristes avait été mise en place fin janvier pour enrayer une flambée épidémique redoutable et meurtrière. Néanmoins, elle ne s’applique pas au transport de marchandises, aux travailleurs frontaliers et aux services d’urgence notamment. Le transport ferroviaire entre les deux pays reste également suspendu. Après deux mois d’un confinement généralisé pour faire face à une violente troisième vague de l’épidémie de Covid-19, le Portugal a entamé à la mi-mars un déverrouillage progressif et différencié selon les secteurs d’activité qui se poursuit lundi avec la réouverture des musées, des collèges et des terrasses des cafés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici