La fermeture des frontières avec l’Allemagne, source d’inquiétude pour Paris

0
122

Un pas en avant, un pas en arrière pour le protocole sanitaire dans les écoles. Moins de deux semaines après les avoir renforcées, le ministère de l’Education nationale a décidé d’alléger les règles régissant les fermetures de classes, notamment en ce qui concerne les cas positifs de variant britannique du Covid-19. Désormais, le personnel n’est plus considéré automatiquement cas contact si des cas de variants sont détectés dans l’école et la fermeture d’une classe n’est plus automatique. Le nouveau protocole a été rendu public vendredi soir sur le site du ministère, sans communication officielle, ce qui a provoqué la colère des syndicats d’enseignants. Pour le SNES-FSU, «cette décision semble guidée par un objectif de communication. Alors que la fièvre monte, comme l’atteste le bilan du 12 février, le ministre ne trouve qu’un remède : casser le thermomètre». A la date de vendredi, 1 599 classes et 103 établissements scolaires étaient fermés en raison de cas de Covid-19.

L’Algérie desserre un peu l’étau sanitaire. Le gouvernement algérien a décidé dimanche de rouvrir toutes les mosquées du pays et d’autoriser la reprise des activités hôtelières, dans le cadre d’un nouvel allègement des mesures de restriction face à une baisse des contaminations. «Il est procédé à l’ouverture de l’ensemble des mosquées sur le territoire national et ce dans le strict respect des mesures et protocoles sanitaires», indique un communiqué des services du Premier ministre. Est également décidée «la reprise de l’ensemble des activités hôtelières publiques et privées, à l’exception des célébrations de cérémonies et de fêtes», poursuit le communiqué. Le gouvernement a également décidé d’assouplir les règles régissant l’activité des cafés, restaurants et fast-food : jusqu’à maintenant ils devaient fermer à 21 heures et ne proposer que des plats ou des boissons à emporter.

Vaccin AstraZeneca, une validation d’urgence pour les pays pauvres ? Un groupe d’experts de l’Organisation mondiale de la Santé doit parler ce lundi de la possibilité d’accorder au vaccin Oxford-AstraZeneca une validation d’urgence nécessaire pour sa distribution dans des pays pauvres où les vaccins manquent. «Sans une action collective internationale rapide, efficace et solidaire, nous prenons le risque que le virus nous échappe», a assuré dans ce sens Emmanuel Macron au Journal du Dimanche. Des propos appuyés par plusieurs scientifiques en témoigne une lettre ouverte publiée samedi dans The Lancet, dans laquelle des chercheurs expliquent que l’accumulation des doses de vaccins dans les pays les plus riches risque de prolonger la crise sanitaire.

La Chine poursuit sa diplomatie vaccinale. Un avion a atterri ce lundi à Harare, la capitale du Zimbabwe, transportant 200 000 doses données par la Chine. Le vice-président du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, a assuré que les professionnels de santé de première ligne seraient les premiers à être vaccinés. «C’est un don opportun… notre peuple a souffert de cette pandémie. Le vaccin offre la possibilité que notre peuple, qui a supporté le poids des ravages économiques de la pandémie, puisse enfin tourner une nouvelle page», a-t-il déclaré. Au total 600 000 autres doses en provenance de Chine devraient arriver début mars, a annoncé la semaine dernière la ministre de l’information Monica Mutsvangwa. Selon Reuters, le Zimbabwe a mis de côté 100 millions de dollars pour l’achat de vaccins et envisage d’acheter 20 millions de doses afin d’immuniser environ 60 % de sa population et de parvenir à une immunité collective. De son côté, l’Union africaine affirme avoir obtenu environ 670 millions de doses pour le continent africain.

En Israël, le vaccin Pfizer /BioNTech efficace à 94 %. Tandis que 3 446 nouveaux cas de contamination au Covid-19 ont été enregistrés dimanche en 24 heures en Israël, une étude menée sur un million d’Israéliens montre une efficacité du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer /BioNTetch de 94 % dans le pays. «Il y avait une réduction de 94 % du taux d’infection symptomatique et une baisse de 92 % du taux de maladie grave, comparé à 600000 (sujets) similaires n’ayant pas été vaccinés», a rapporté Clalit, l’assureur de santé principal d’Israël dans un communiqué. Avant de préciser que «l’efficacité du vaccin est maintenue dans toutes les catégories d’âge, y compris chez les plus de 70 ans.» En outre, selon la caisse de santé «la publication de résultats préliminaires à ce stade a pour but de souligner auprès de la population non vaccinée que le vaccin est très efficace et prévient la morbidité grave.» Depuis la mi-décembre, le pays a vacciné plus de 3,8 millions de personnes dont 2,4 millions ont reçu leur seconde dose. Une semaine après la sortie du troisième confinement, son prochain objectif est de vacciner toute sa population de plus de 16 ans d’ici la fin du mois de mars.

La fermeture des frontières avec l’Allemagne, source d’inquiétude pour Paris. Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune, craint la fermeture des frontières avec l’Allemagne. «Si l’Allemagne devait restreindre encore la circulation, je souhaiterais que l’on définisse ensemble les exceptions les plus larges possibles. Nous avons deux préoccupations majeures : le transport routier et les travailleurs frontaliers», a-t-il déclaré sur France Info. Avant d’affirmer : «Je souhaite qu’on n’en vienne pas à ce genre de mesures», et de se rassurer : «les autorités allemandes l’ont dit elles-mêmes : elles ne l’ont pas souhaité, c’est un dernier recours, provisoire, le plus court possible.» L’Allemagne a déjà fermé dimanche certaines de ses frontières notamment avec la République tchèque et le Tyrol autrichien, s’attirant les critiques de l’Union européenne.

Les États-Unis confrontés à une pénurie de vaccins. Plusieurs États ont souhaité élargir progressivement les conditions d’éligibilité aux vaccinations mais cet objectif est limité par de faibles stocks. «La semaine dernière, la Californie a annoncé qu’elle deviendrait bientôt l’un des rares États à étendre l’accès aux vaccins aux personnes de tout âge souffrant de problèmes de santé sous-jacents ou de handicaps graves. Mais elle a déjà utilisé 72 % de ses doses et connaît des pénuries dans certains domaines», explique le New York Times. Le maire Los Angeles Eric Garcetti a également assuré avoir dû fermer le site de vaccination de masse du Dodger Stadium ce week-end les réserves de vaccin étant épuisées.

La Jordanie débute la vaccination dans le plus grand camp de réfugiés syriens. Un centre vient d’être construit dans l’immense camp de Zaatari, où vivent 80 000 réfugiés syriens, à la frontière entre les deux pays. «Il s’agit du premier centre de vaccination au monde ouvert dans un camp de réfugiés, a déclaré à l’AFP le porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) en Jordanie, Muhammad Hawari. Cela va économiser du temps et des efforts et accélérer le processus de vaccination pour les résidents du camp.»

La réouverture de quatre musées à Perpignan suspendue par la justice. Un maire «ne peut procéder lui-même à cette ouverture» : le tribunal administratif de Montpellier a suspendu lundi les arrêtés du maire RN de Perpignan Louis Aliot, qui avait décidé de rouvrir quatre musées municipaux, à l’encontre des directives sanitaires du gouvernement. S’appuyant sur le décret gouvernemental du 29 octobre ordonnant la fermeture au plan national des musées et lieux culturels dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, le juge a suspendu l’exécution des arrêtés pris le 8 février par l’élu, a précisé dans un communiqué le tribunal, saisi en référé par le préfet des Pyrénées-Orientales.

En Angleterre, un déconfinement «irréversible mais prudent». C’est ce qu’a assuré vouloir le Premier ministre britannique, Boris Johnson, alors que la chute du nombre de contaminations et des hospitalisations, faisaient espérer une fin rapide du confinement imposé début janvier. Le gouvernement cherche à empêcher l’arrivée de nouveaux variants plus résistants après avoir tenu l’objectif ambitieux d’injecter avant mi-février une dose vaccin à 15 millions de personnes les plus vulnérables (plus de 70 ans et soignants notamment), soit 23 % de la population. Désormais, les voyageurs arrivant de pays à risque en termes de Covid-19 doivent subir une quarantaine à l’hôtel.

L’OMS donne son homologation d’urgence au vaccin anti-Covid d’AstraZeneca. Cette homologation ouvre la voie à la distribution de centaines de millions de doses à des pays défavorisés privés jusque là d’immunisation, annonce l’agence onusienne dans un communiqué. Cette procédure aide les pays qui n’ont pas les moyens de déterminer d’eux-mêmes l’efficacité et l’innocuité d’un médicament à avoir plus rapidement accès à des thérapies, et permet au dispositif Covax, mis en place pour assurer un accès équitable au vaccin, d’en commencer la distribution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici