Le ministre de la Justice, Me Malick Sall, écarte toute idée de pression sur la justice dans le dossier de l’ancien député de la majorité, Seydina Fall alias Boughazelli, qui a récemment bénéficié d’une liberté provisoire alors qu’il est poursuivi dans une affaire de trafic de billets noirs.

«Si Bougazelli avait une protection judiciaire ou politique, il ne serait pas en prison», a-t-il juré dans l’émission Jury du dimanche sur Iradio. Selon le Garde des Sceaux, ce responsable Apr de Guédiawaye «a présenté plus d’une vingtaine de demandes de liberté provisoire qui ont toutes été rejetées avant qu’il n’obtienne cette liberté provisoire».

Interpellé, par ailleurs, sur le sort du promoteur de lutte, Luc Nicolaï, le ministre de la Justice parle de deux affaires différentes. Car, explique-t-il, «le dossier de Bougazelli est toujours en instruction. Luc Nicolaï a été condamné définitivement. Et je vous assure que Luc est en prison du fait de la partie civile qui a demandé la contrainte par corps. Aujourd’hui, s’il payait ses dommages et intérêts, demain il serait libre».

Laisser un commentaire