Retrait des enfants de la rue : Les femmes élues locales portent le combat

0
124

Les chiffres sur la présence des enfants dans la rue font froid dans le dos. Pour survivre ou faire survivre des adultes, près de 30 millions d’enfants en Afrique sont éparpillés dans la rue et laissés à eux-mêmes. Ce qui constitue un réel fléau social, avec ses conséquences dramatiques tant au plan politique, économique, social, sanitaire, sécuritaire. En dépit des engagements pris par les organisations nationales et internationales et les Etats, la situation des enfants de la rue ne cesse de connaître une progression inquiétante. C’est dans ce cadre que le réseau des femmes élues locales de l’Espace Uemoa et du Sénégal (Reflas) a initié une rencontre qui s’est ouverte ce matin à Somone, a appris Seneweb. L’atelier vise à mieux mener la gestion des enfants de la rue dans l’espace Uemoa. Le constat est que pour sortir les enfants de la rue, un maillon essentiel doit être intégré dans le dispositif de lutte, il s’agit des collectivités territoriales.  »Le phénomène est une problématique pour laquelle le Gouvernement est en train de faire beaucoup d’efforts. 
Des avancées ont été notées. Il est donc demandé à la Collectivité territoriale de mettre la main dans la patte pour qu’au niveau local, on puisse travailler dans le sens d’une conscientisation de masse pour faire en sorte que ce fléau puisse disparaitre dans notre pays et au-delà, dans l’espace Uemoa. Parce qu’il s’agit de faire en sorte que les quelque 3 000 collectivités territoriales de l’Union puissent prendre en charge la problématique », indique Oumar Gueye, ministre des Collectivités territoriales et de l’Aménagement du territoire. En dépit, des résultats tangibles obtenus, il reconnait que des choses restent à faire.  »L’initiative 3000 collectivités territoriales de l’UEMOA sans enfants en situation de rue », portée par le réseau des femmes élues locales de l’Espace Uemoa et du Sénégal (Reflas) va contribuer activement à l’éradication du fléau des enfants de la rue. Aïssatou Sow Diawara, députée-maire de Golf-Sud, présidente du Réseau des Femmes élues locales de l’Espace Uemoa et du Sénégal, indique :
  » Les maires sont élues pour prendre en charge les préoccupations des populations et le problème des enfants de la rue en fait partie. Si le président de la République en a fait un cheval de bataille et nous le signifie, on se doit de prendre le problème à bras le corps ».
 Ainsi, cette rencontre est l’occasion pour elles d’échanger sur la conduite à tenir face à ce fléau.  »Voir ce qui a été réalisé dans ce sens et mesurer le chemin qu’il reste à parcourir pour son éradication. C’est un problème complexe : l’Etat central ne peut pas tout faire », estime Mme Diawara. Désormais, les femmes élues locales s’engagent dans la lutte contre l’errance des enfants.  »Quand on parle d’enfants, on parle des mamans que nous sommes. Donc en plus d’être des maires, nous sommes aussi des mères ! Et nous sommes engagées dans cette lutte puisque ce sont ces enfants qui vont remplacer les dirigeants actuels à la tête du pays. Il faut les sortir de la rue pour les former et en faire des citoyens modèles », assure Aissatou Sow Diawara 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici