La coalition régionale pour la promotion de la santé de la mère et de l’enfant a été portée sur les fonts baptismaux hier à Dakar. La mise en place de cette structure intervient dans un contexte où les décès maternels ont augmenté dans la région de Dakar passant de 50 en 2017 à 79 en 2018.

Le relâchement dans le suivi des grossesses a eu des impacts directs sur les statistiques de la mortalité maternelle à Dakar. La capitale a enregistré plus de femmes qui meurent en donnant la vie en 2018 qu’en 2017. Ces chiffres inattendus ont été communiqués hier lors de la mise en place de la Coalition pour la promotion de la santé de la mère et de l’enfant. La cérémonie a été présidée par Al Hassane Sall, gouverneur de la région de Dakar. «Dans les structures de santé de la région, le nombre de décès de mères enregistrés est passé de 50 en 2017 à 79 en 2018», a révélé M. Sall, qui a évoqué le relâchement dans la surveillance de la grossesse, l’assistance lors des accouchements et les contraintes de la prise en charge des urgences néonatales et les défis de la lutte contre malnutrition. Ce tableau fait dire au gouverneur que la situation sanitaire est précaire à Dakar, surtout dans la banlieue à cause des problèmes d’inaccessibilité aux services de santé de qualité, notamment pour ce qui concerne la mère et l’enfant. «Les indicateurs de la santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent le prouvent clairement», a affirmé l’autorité administrative qui s’exprimait, le 20 septembre à Dakar, lors de la mise en place de la Coalition pour la promotion de la santé de la mère et de l’enfant.
D’après le gouverneur de Dakar, cette coalition contribuera à l’amélioration durable de la santé de la mère et de l’enfant à Dakar et sa banlieue. Elle mettra l’accent sur la fonctionnalité des réseaux de périnatalité à travers plusieurs préalables. Cette coalition déroulera des activités de communication pour la prévention des décès évitables. Elle mènera également un plaidoyer pour la mutualisation des moyens et la mobilisation des ressources financières.
En outre, les membres de la coalition veilleront à la prise en charge des urgences obstétricales et néonatales et à un suivi amélioré des références et contre-références. Le gouverneur a indiqué que le dernier préalable dépend en partie de l’existence d’un organe opérationnel de pilotage et de coordination ainsi que de suivi et de l’évaluation des interventions. «C’est pour cette raison que des comités de pilotage et d’initiative, de suivi des activités de la coalition bien articulés au cadre régional de concertation des acteurs et d’harmonisation des interventions dans le secteur de la santé ont été créés», a informé Al Hassan Sall. Les membres des réseaux de périnatalité des districts sanitaires de la région médicale de Dakar, y compris les autorités administratives et locales et des partenaires techniques et financiers, ont pris l’engagement de travailler pour la promotion de la santé de la mère et de l’enfant. Ils s’engagent aussi à lutter contre toutes les formes de violence basée sur le genre, particulièrement les mutilations génitales féminines et les mariages d’enfants.

Laisser un commentaire