Après le «Djoloff Band» de Viviane Chidid Ndour, le Théâtre national Daniel Sorano risque d’être éclaboussé par une histoire de trafic de visas sans précédent. Jugez-en : A l’initiative d’un drôle de promoteur culturel, des membres du ballet «La Linguère» de Sorano se sont rendus à Genova (Gênes en français), en Italie, sous prétexte d’une tournée européenne. Et comme ils ont choisi l’Italie comme première étape de leur tournée, l’ambassadeur d’Italie à Dakar, leur a facilité l’obtention de visas sur la base de différents documents attestant qu’ils sont tous des artistes pensionnaires de Sorano.

Il est vrai que le ballet «La Linguère » a fait une belle prestation au «Théâtre Modena» de Genova. C’était le vendredi 07 février 2020. Seulement, parmi les vrais artistes de Sorano s’étaient glissés de faux danseurs, vrais candidats à l’émigration clandestine démasqués par un membre de la délégation de Sorano.

« D’ailleurs, on se demande comment ces gens-là ont pu obtenir des visas jusqu’à figurer sur la liste des artistes que nous sommes. Nous n’accusons personne ! Seulement, on invite le procureur de la République et le ministre de la Culture d’ouvrir une enquête. Et surtout de se rapprocher de l’ambassade d’Italie à Dakar, pour consulter les documents et formalités qui ont permis à ces faux artistes d’obtenir facilement des visas », nous souffle une source proche de la délégation.

Attention, «Le Témoin» quotidien n’accuse personne ! Nous sommes seulement des lanceurs d’alerte au corona…visa. Au lendemain de sa prestation en Italie, le ballet « La Linguère » est-il toujours au complet ? Après l’Italie, y aura-t-il encore une autre étape européenne comme l’annonce le programme de cette tournée?  Se demande le Temoin .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
24 + 11 =