Avec la démission du Malien Ibrahim Boubacar Keïta, l’organisation fondée en 1951 a perdu l’un de ses illustres représentants en Afrique francophone. Le symbole d’un déclin qui semble inexorable.

L’or. Le marbre. Le millier de lustres en cristal. Tout, au cœur de l’Emirates Palace d’Abou Dhabi, est fait pour couper le souffle et écraser le visiteur sous le poids de la magnificence. L’endroit est orgueilleux, à l’image des Émirats arabes unis. Sous la coupole d’une quarantaine de mètres de diamètre qui surplombe le grand hall se croisent touristes, princes et hommes d’affaires. Quelques déracinés aussi.

En ce mois de septembre, un ancien roi d’Espagne y occupe une suite de luxe de 280 mètres carrés, avec jacuzzi et majordome. Juan Carlos Ier a abdiqué en 2014 et s’ennuie ferme, mais il a préféré quitter son royaume, où un scandale de 200 millions de dollars le poursuit. À 82 ans, l’ex-monarque est visé par une enquête judiciaire pour corruption. Il n’en rêve pas moins de rentrer chez lui.

Laisser un commentaire