La particularité au centre du Lycée de Galoya, c’est l’absence de deux candidates mariées récemment, qui ont été privées d’examen par leurs époux. L’une de ces candidates absentes a été la deuxième de sa classe lors des évaluations du premier semestre.

Les candidats au Bac du département de Podor ont subi les épreuves anticipées de philosophie. Les deux inspections de l’éducation et la formation du département comptent 3844 candidats avec 2566 dans l’Ief de Podor et 1278 dans celle de Pété. Le département dispose cette année de 12 centres pour 14 jurys.


Mais au jury 176 lycée Galoya où le nombre de candidats inscrits est de 176 dont 56,81% sont des filles, il a été constaté 7 absents dont 5 filles. Ce qui a retenu l’attention du superviseur M. Thiam et du proviseur M. Simaga, c’est l’absence des deux candidates. L’une d’elles a été la deuxième de sa classe lors des évaluations du premier semestre, mais elle n’a pas rejoint depuis la reprise des cours du 25 juin. Le proviseur et le superviseur des épreuves anticipées de philosophie se désolent de l’absence de cette candidate qu’ils n’ont pas tous deux cessé de louer les capacités intellectuelles. On nous rapporte que c’est son mari enseignant qui s’est opposé à ce que son épouse passe l’examen du bac. Et pour y arriver, Monsieur a convié sa dame à Dakar quel­ques jours avant les épreuves.


L’autre candidate absente, d’après nos sources, est mariée dans la même famille que la première. Elle, non plus, n’a pas subi les épreuves anticipées de philo du fait de l’opposition de la belle-famille. Le superviseur en service au Lycée de Galoya et fils de la commune dit avec regret que ce sont ces élèves qui n’ont pas voulu passer l’examen. Car pour lui, si elles étaient déterminées, ces candidates auraient informé l’administration du lycée de la décision de leurs maris pour impliquer des bonnes volontés pour ne pas rater le bac. Il ajoute : «C’est plus de 13 ans d’énergie, de dépenses physiques et financières qui sont partis en l’air.»


Le proviseur, chef de centre, confie qu’il a informé le sous-préfet qui constate que ces attitudes sont courantes dans le milieu. Comme il n’y a jamais deux sans trois, une autre candidate était à deux doigts de ne pas composer. L’élève H. L, mariée ces jours passés, avait informé l’administration de son établissement de sa longue absence prévue pour les besoins de son mariage. A la veille des épreuves du 12 août, le proviseur a mandaté une surveillante, Madame Ly, pour convaincre la belle-famille de permettre à la candidate nouvellement mariée de subir les épreuves anticipées de philosophie.


Au centre de Galoya comme dans les autres centres visités comme le centre secondaire de Saldé, les centres de Pété, de Aéré Lao, Ndioum, le protocole sanitaire a été respecté de même que la distanciation physique dans les salles de classe. Les inspecteurs d’éducation et de la formation de Podor et de Pété ont assuré le déroulement des épreuves en mettant en place un nombre suffisant d’enseignants convoqués à cet effet. La sécurité était remarquable avec la présence de gendarmes et agents de l’Asp.

Laisser un commentaire