Yankhoba Coly qui porte un plaidoyer, invite les acteurs à plus de coordination dans les interventions des ONG en Casamance, et d’éviter de faire un business avec ce conflit casamançais. Il se prononçait lors du festival initié dans la région par la paroisse notre dame de l’Association Niaguiss. Ce, pour encourager le retour des villages déplacés du fait du conflit.

Beaucoup d’Organisation non-gouvernemental (ONG) interviennent en Casamance dans le cadre du retour de la paix dans cette partie sud du Sénégal. Mais ces interventions ne sont pas très harmonisées, au point que cela impactent sur l’efficacité des actions. Le député Yankhoba Coly
plaide pour plus de coordination dans les interventions de ces ONG.
 
« Ça va dans tous les sens. C’est vrai qu’il y a une coordination. Tout le monde a été choqué par ce qui ce passe et chacun de son coté pense amener sa pierre dans la construction de la paix. Il faut qu’il y ait une cohérence, que les gens aillent dans le même sens, et éviter qu’on en fasse un business avec ce problème de la paix. Et nous pensons qu’aujourd’hui l’Etat est plus regardant. Il travaille dans l’ombre. Et je pense que le processus est en train d’avancer », a indiqué le député Yankhoba Coly
.
 L’Abbé Joseph Gomis, curé de la paroisse notre Dame de Niaguisse d’ajouter: « le retour de la paix dans notre chère Casamance, dans notre Sénégal, le retour de beaucoup de personnes déplacées dans leurs villages pour que les uns et les autres puissent se retrouver. Ce festival, ce que nous voulons célébrer, le retour des gens, la fin de la guerre, la fin des déplacements forcés ».
 
Plusieurs représentants de ces villages, des déplacés ont pris part à cette cérémonie dédiée à la paix. Ils ont invité l’Etat à accélérer les conditions pour encourager le retour des personnes, rapporte Rfm. 
 
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
2 × 14 =